Accéder directement au contenu

L’économie écologique dans l’enseignement et la recherche

Cet axe transversal de l’Institut Veblen a pour objectif de promouvoir les concepts de l’économie écologique, champ de recherches interdisciplinaire pensant l’économie comme une sphère intégrée à la société et à la biosphère.

Notre constat

Les crises économiques et environnementales actuelles sont aggravées par la crise de la pensée économique elle-même. Des mobilisations étudiantes pour le pluralisme dans l’enseignement de l’économie [11] aux mouvements des jeunes pour le climat [12], on dénonce l’absence d’outils intellectuels pour penser la transformation de nos systèmes économiques insoutenables.

Pourtant, l’histoire environnementale montre que la question du rapport entre Nature, économie et société, est loin d’être nouvelle [13]. Les sciences économiques sont par ailleurs un lieu important de controverses à ce sujet depuis leur fondation [14]. Celles-ci sont loin d’être mineures, le débat de la fin des années 1970 sur les limites à la croissance a été mené par des figures majeures comme Herman Daly et Nicolas Georgescu-Roegen, opposés à Robert Solow et Joseph Stiglitz, entre autres [15]. Loin d’appartenir à la seule histoire de la pensée, elles sont plus que jamais actives et pertinentes, de la question de la post-croissance [16] à la critique des modélisations standard économie-climat [17].

Ces sujets sont quasiment absents de l’enseignement [18] et la recherche en économie [19], et a fortiori dans les débats menant à la mise en place de politiques publiques. De plus, l’absence de débat théorique, d’interdisciplinarité, ainsi que la marginalisation des cours permettant une prise de recul tels que l’épistémologie ou l’histoire des faits et de la pensée économique, restent un réel problème [20].

A l’Institut Veblen, nous partageons ce constant et visons depuis notre création à promouvoir une vision de l’économie à même de penser les enjeux actuels : pluraliste et partant des principes de respect des limites physiques de la planète et de soutenabilité forte.

Nos actions dans ce domaine

Contact

Pour plus de renseignements, contactez Julien Hallak, chargé de mission à l’Institut.

Partenaires

Ce programme pour les réformes économiques est soutenu par la Fondation Charles Leopold Mayer, en partenariat avec les mouvements étudiants Rethinking Economics et Pour un réveil écologique.


[1Voir la @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_1@@ publiée en 2014 de 65 associations étudiantes de plus de 30 pays, aujourd’hui regroupées dans le réseau @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_2@@

[2Voir le mouvement @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_3@@, fondé en 2019, ainsi que @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_4@@, parti en 2018 d’un manifeste ayant recueilli 30 000 signataires

[3Fressoz, Jean-Baptiste, et Fabien Locher. Les Révoltes du ciel : Une histoire du changement climatique XVe-XXe siècle. Seuil, 2020.

[4Charbonnier, Pierre. Abondance et liberté : une histoire environnementale des idées politiques. La Découverte, 2020

[5Voir Quentin Couix (2019) : Natural resources in the theory of production : the Georgescu-Roegen/Daly versus Solow/Stiglitz controversy, The European Journal of the History of Economic Thought, DOI : 10.1080/09672567.2019.1679210

[6Voir Jackson, Tim. Prospérité sans croissance : Les fondations pour l’économie de demain. De Boeck Supérieur, 2017 et Raworth, Kate. La théorie du donut. Plon, 2018.

[7Voir Pottier, Antonin. Comment les économistes réchauffent la planète. Seuil anthropocène, 2016 et Keen, Steve. "The appallingly bad neoclassical economics of climate change." Globalizations (2020) : 1-29.

[8Fournier, Candice, et al. "Teaching sustainability : notes from France." International Journal of Pluralism and Economics Education 10.2 (2019) : 126-136.

[9Voir ce billet de blog d’Andrew Oswald et Nicolas Stern en 2019 : @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_5@@

[10Voir ce @@SPIP_ECHAPPE_LIEN_6@@ de l’association Oikos

[11Voir la lettre ouverte publiée en 2014 de 65 associations étudiantes de plus de 30 pays, aujourd’hui regroupées dans le réseau Rethinking Economics

[12Voir le mouvement Youth for Climate, fondé en 2019, ainsi que Pour un réveil écologique, parti en 2018 d’un manifeste ayant recueilli 30 000 signataires

[13Fressoz, Jean-Baptiste, et Fabien Locher. Les Révoltes du ciel : Une histoire du changement climatique XVe-XXe siècle. Seuil, 2020.

[14Charbonnier, Pierre. Abondance et liberté : une histoire environnementale des idées politiques. La Découverte, 2020

[15Voir Quentin Couix (2019) : Natural resources in the theory of production : the Georgescu-Roegen/Daly versus Solow/Stiglitz controversy, The European Journal of the History of Economic Thought, DOI : 10.1080/09672567.2019.1679210

[16Voir Jackson, Tim. Prospérité sans croissance : Les fondations pour l’économie de demain. De Boeck Supérieur, 2017 et Raworth, Kate. La théorie du donut. Plon, 2018.

[17Voir Pottier, Antonin. Comment les économistes réchauffent la planète. Seuil anthropocène, 2016 et Keen, Steve. "The appallingly bad neoclassical economics of climate change." Globalizations (2020) : 1-29.

[18Fournier, Candice, et al. "Teaching sustainability : notes from France." International Journal of Pluralism and Economics Education 10.2 (2019) : 126-136.

[19Voir ce billet de blog d’Andrew Oswald et Nicolas Stern en 2019 : Why are economists letting down the world on climate change ?

[20Voir ce rapport de l’association Oikos

Abonnez-vous à la Newsletter