Accéder directement au contenu

Prix Veblen des mémoires sur la transition écologique et sociale

Votre mémoire de M2 porte sur la transition écologique ? Vous avez jusqu’au 20 juin 2020 pour participer à notre prix des mémoires !

Julien Hallak, 27 janvier 2020


Vous êtes étudiant.e en sciences éco et autres sciences sociales et votre mémoire de M2 porte sur la transition écologique ? Vous avez jusqu’au 30 juin 2020 pour le soumettre à notre jury présidé par Dominique Méda et composé de Christian Chavagneux, Antoine Godin, Florence Jany-Catrice, Isabelle Laudier, Marc Lavoie, Diane de Mareschal, Laurence Scialom et Xavier Timbeau.

Le Prix Veblen, c’est quoi ?

Pour soutenir la réflexion sur la transition écologique et sociale, mais aussi pour défendre le pluralisme en économie, l’Institut Veblen lance l’édition 2020 du Prix Veblen. Le prix récompensera des mémoires de Master 2 de sciences économiques et disciplines voisines pour leur capacité à problématiser la notion de transition écologique et pour leur contribution à la recherche dans un de ses domaines clefs. La meilleure contribution sera récompensée par un prix de 1500 € ainsi que par une publication.

Pour candidater

Tout d’abord, chaque candidat.e est appelé à se préinscrire en envoyant un mail à hallak[at]veblen-institute.org comportant son nom, prénom, formation, directeur-rice de mémoire et sujet (en quelques phrases). Un mail de confirmation sera ensuite envoyé.

Ensuite, chaque candidat.e devra envoyer, au plus tard le 30 juin 2020, un essai de quatre à cinq pages (police calibri 12, interligne 1.5) résumant la contribution du mémoire au débat sur la transition à la même adresse mail.
Les travaux tant théoriques qu’empiriques, qu’ils soient qualitatifs ou quantitatifs, sont acceptés. Les étudiant.e.s souhaitant effectuer un travail quantitatif trouveront en annexe une liste de bases de données susceptibles de les intéresser. Nous renvoyons également les candidat.e.s à nos publications, susceptibles de les accompagner dans leur travail.

Pour pouvoir candidater, l’étudiant.e devra soutenir son mémoire au plus tard le 30 septembre 2020 et nous faire parvenir un exemplaire au plus tard le 9 octobre. Le résultat sera annoncé fin novembre 2020.

Le jury, présidé par Dominique Méda

  • Dominique Méda  : Philosophe et sociologue. Professeur de sociologie à l’Université Paris-Dauphine, directrice de l’Institut de recherches interdisciplinaires en sciences sociales (IRISSO, UMR CNRS) et titulaire de la chaire ’Écologie, travail, emploi’ au Collège d’études mondiales (CEM). Elle est notamment l’auteure avec Éric Heyer et Pascal Lokiec du livre Une autre voie est possible (Flammarion 2018) et avec Florence Jany Catrice (Dir) l’économie au service de la société (Les petits matins 2019) ; Au-delà du PIB. Pour une autre mesure de la richesse, Champs-Actuel 2008 ; Réinventer le travail, avec Patricia Vendramin, P.U.F, 2013 ; La mystique de la croissance. Comment s’en libérer, Flammarion, 2013. Ce qu’elle défend : de nouveaux indicateurs de richesse, la réduction du temps de travail, une économie post-croissance.
  • Christian Chavagneux : Docteur en économie, il est éditorialiste à Alternatives économiques, débat tous les samedis sur France Inter dans l’émission On n’arrête pas l’éco et toutes les semaines dans La Librairie de l’éco sur BFM Business. Il a notamment publié Les plus belles histoires de l’escroquerie. Du collier de la reine à l’affaire Madoff (Seuil, 2020), Une brève histoire des crises financières. Des tulipes aux subprimes (3ème édition, La Découverte, 2020) et avec Ronen Palan, Les Paradis fiscaux (4ème édition, La Découverte, 2017). Ce qu’il défend : La lutte contre les paradis fiscaux, la régulation de la banque et de la finance, le pluralisme en économie.
  • Antoine Godin : Antoine Godin est en charge du programme de développement et de suivi de l’outil de modélisation macroéconomique GEMMES. Mis au point par l’AFD, celui-ci est l’un des seuls à intégrer à ses scénarios les risques économiques et financiers liés aux dérèglements climatiques et à la raréfaction des ressources. Entré à l’AFD en 2017, Antoine Godin travaille d’abord au développement d’une application du modèle GEMMES aux économies de la Colombie et du Maroc. Il est en charge de la cellule GEMMES depuis juillet 2019. Il poursuit par ailleurs des travaux de recherche sur la transition bas carbone et résiliente, notamment au travers des transformations structurelles qui en découlent et de ses impacts financiers et macroéconomiques.
    Avant d’intégrer l’AFD, cet économiste a contribué au développement méthodologique de plusieurs approches de modélisations macroéconomiques, toutes construites autour du concept des interactions entre dynamiques économiques et dynamiques financières. Il a notamment été consultant pour la Banque d’Angleterre et professeur d’économie financière à la Kingston University, à Londres. Économiste associé au Centre d’économie de l’Université Paris-Nord (CEPN), Antoine Godin a un diplôme d’ingénieur en mathématiques appliquée de l’université catholique de Louvain (Belgique) et un doctorat en Sciences économiques de l’université de Pavie (Italie). Au travers de modèles stock-flux cohérents et multi-agents, il a étudié les dynamiques d’innovations, les instabilités financières et les politiques d’emploi garanti.
  • Florence Jany-Catrice : Économiste. Professeur à l’Université de Lille et chercheuse au Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSE). Elle préside l’association française d’économie politique. Parmi ses publications : Les Nouveaux Indicateurs de richesse, éditions La Découverte, coll. Repères, 2005 réédition actualisée en 2016 (avec Jean Gadrey) ; Les Services à la personne, (avec François-Xavier Devetter et Thierry Ribault, éditions La Découverte, coll. Repères, 2009 réedité en 2016 ; La Performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, éditions Presses Universitaires du Septentrion, coll. Capitalismes, éthique, institutions, 2012. Faut il attendre la croissance (avec Dominique Meda) à la documentation Française 2016, et l’indice des prix à la consommation, édition La Découverte, coll Repères 2019 . Ce qu’elle défend : pluralisme en économie, nouveaux indicateurs de richesse, elle débusque les conventions derrière les projets de quantification.
  • Isabelle Laudier : Diplômée de l’École nationale des Ponts et Chaussées et de l’IEP de Paris, Isabelle Laudier est responsable scientifique de l’Institut pour la recherche de la Caisse des dépôts. Elle soutient depuis de nombreuses années les pensées alternatives. En 2009, elle a publié l’ouvrage « Territoires et identités en mutation » ; elle a codirigé en 2018 le numéro « Financement des territoires » de la revue d’économie financière. (L’Harmattan – Sciences Humaines et Sociales). Ce qu’elle défend : économie locale et des territoires, écologie, pluralisme en économie.
  • Marc Lavoie : Professeur émérite à l’Université d’Ottawa et aussi à l’Université Paris 13 (CEPN), où il avait passé trois ans grâce à une chaire d’excellence de l’Université Sorbonne Paris Cité. Il est aussi un Research Fellow du Macroeconomic Research Institute de la Fondation Hans Böckler ainsi qu’un Research Associate de l’Institut Broadbent (Toronto). Outre de nombreux articles et chapitres de livre, il est le co-auteur avec Wynne Godley de Monetary Economics : An Integrated Approach to Money, Income, Production and Wealth (2007), un ouvrage prônant l’approche stock-flux cohérente, notamment utilisée maintenant dans certaines modélisations en macroéconomie écologique. Il a aussi publié Macroéconomie : théorie et controverses postkeynésiennes (Dunod, 1987), L’Économie postkeynésienne (La Découverte, 2004), et Post-Keynesian Economics : New Foundations (2014, récipiendaire du prix Myrdal décerné par EAEPE). Marc Lavoie croit fermement en la nécessité du pluralisme en sciences économiques, que ces théories et approches alternatives soient formalisées ou non.
  • Diane de Mareschal : Diplômée de la Faculté de Paris I Panthéon-Sorbonne, Diane de Mareschal est directrice de projets à l’Institut pour la Recherche de la Caisse des Dépôts qui soutient des projets portés par des équipes de recherche, en lien avec ses priorités stratégiques et notamment dans le champ du développement territorial. Elle a travaillé pendant plusieurs années dans différentes structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) dédiées à l’émergence de projets de création d’entreprise puis à la Caisse des Dépôts en tant que chargée d’investissement en ESS et de partenariats avec des associations d’élus.
  • Laurence Scialom : Professeure à l’Université Paris Nanterre, membre du Directoire du laboratoire EconomiX, du conseil scientifique de l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution et du conseil scientifique de la fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme. Elle est également membre de l’ONG Finance Watch et de l’observatoire de l’éthique publique. Auteure d’articles scientifiques, d’ouvrages et de notes et rapports pour le think tank terra Nova, son dernier livre « La fascination de l’ogre - comment desserrer l’étau de la finance » traite de la capture de la société par la finance et des moyens de lutte contre celle-ci. Ses travaux en cours s’intéressent au « verdissement » de la finance, du central banking, des réglementations bancaires et aux conflits d’intérêt dans la sphère financière et bancaire.
  • Xavier Timbeau  : Xavier Timbeau est directeur principal de l’OFCE, enseignant à Science Po. Il a auparavant occupé les postes de directeur du département analyse et prevision et d’économiste à l’OFCE. Ce qu’il défend : une réforme de la fiscalité du capital, une politique urbaine pour lutter contre la hausse des prix, la lutte contre l’austérité en Europe, un New Deal vert européen pour créer des emplois et de la justice sociale.

Où trouver des données ? Quelques idées...

Les étudiant.e.s souhaitant faire un travail quantitatif peuvent trouver, en plus des sources classiques issues des institutions nationales et internationales, des bases de données telles que :

  • La Base de données mondiale sur les flux de matières, qui « fournit une compréhension globale des liens entre l’économie mondiale, la population et l’utilisation des matériaux pendant plus de quatre décennies à partir d’une base de données fiable de l’extraction des matériaux et le commerce mondial des matériaux », accessible ici
  • Les données de l’agence européenne de l’environnement
  • Cette compilation de données environnementales faite par le Centre technique de référence en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique (Citepa)
  • Celles du Global Carbon Project, qui propose une comptabilisation extrêmement poussée et complète des émissions de gaz à effet de serre de nombreux pays du monde, sur une période très étendue
  • Le Environmental Prices Handbook, qui propose une évaluation des coûts sociaux générés par unité de polluant, ici
  • La base de données Climate Watch
  • Les données du rapport 2019 de WWF sur les matières plastiques, présentées ici
  • Les données du Tableau de bord des déchets d’emballages ménagers, de l’ADEME, présentées ici
  • Celles du Bilan environnement des emballages (Bee), sur leur site
  • Les bases proposées par la revue Ecological Economics, accessibles ici, ainsi que celles du Journal of Environmental Economics and Management ici
  • L’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) propose un inventaire de bases de données environnementales ici
  • Les données macroéconomiques et financières sur temps long réalisées par Schularick et Taylor dans leur Macrohistory database de, accessibles ici
  • La base Trade and environnement de l’université de Laval, qui vise étudier l’effet des accords de commerce sur l’environnement, accessible ici
  • Le Global Poverty & Inequality Dynamics Research Network propose un ensemble de bases ici
  • Une liste de bases de données proposée par l’université de Princeton ici
  • La section « Sciences Sociales » du dataverse de l’Université d’Harvard propose une très large sélection de bases de données, notamment au niveau micro, voir ici
  • La compilation de séries de prix sur temps de long de produits de consommation divers établie par Jean Fourastié ici
  • Un ensemble de séries macroéconomiques proposées par le think tank Bruegel ici

Contact

Une question ? N’hésitez pas à m’envoyer un mail : hallak[at]veblen-institute.org

Abonnez-vous à la Newsletter