Accéder directement au contenu

Monnaies complémentaires, un nouvel outil au service des territoires (3/4)

Les monnaies complémentaires en pratique (1/2) : Les monnaies locales, les monnaies temps et les monnaies environnementales

11 juin 2018

Vous avez probablement déjà entendu parler de ces étranges petites monnaies qui se lancent ça et là, en France et ailleurs, et qui posent de nombreuses questions aux autorités publiques, aux élus locaux, aux entreprises, aux habitants du territoire. Pour certains il s’agit de « gadgets » sans impact réel sur l’économie et la société. Pour d’autres, ces monnaies annoncent au contraire une profonde mutation de l’approche des territoires, de l’organisation des échanges et finalement, de la façon même dont nous définissons la richesse dans nos sociétés. Mais qu’en est-il réellement ? Ces monnaies font parler d’elles mais elles sont en réalité très peu connues. Et si nous avons créé ce MOOC, c’est précisément pour expliquer de quoi il s’agit concrètement, de vous permettre de comprendre les enjeux derrière ces monnaies, et notamment de les situer dans le cadre de l’action publique. Nous vous parlerons ainsi du fonctionnement des différents types de monnaies complémentaires, des objectifs que ces monnaies poursuivent, du rôle qu’elles peuvent jouer dans le développement local, dans la cohésion sociale, et dans la transition vers des territoires durables.

Ce MOOC est le fruit d’une collaboration entre l’Institut Veblen, le Cnfpt et l’association Citégo. La formation a été délivrée sur la plateforme FUN MOOC.

Les deux prochaines séances abordent le fonctionnement des monnaies complémentaires en s’appuyant sur la typologie des monnaies présentée dans la séance précédente. On s’intéresse à cinq «  types  » de monnaies : les monnaies locales, les monnaies temps, les monnaies environnementales, les crédits mutuels et les monnaies «  hybrides  ». Ces types de monnaies sont illustrés par des retours d’expérience, en introduisant également le point de vue des acteurs.

Les monnaies locales, les monnaies temps et les monnaies environnementales

Références

- Ademe (2016), Monnaies Locales Complémentaires Environnementales : Etat des lieux, impacts environnementaux et efficacite economique. Accès au dossier
- Alternatives Economiques (2016), «  Réinventons la monnaie  », Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier
- Amato M. (2016), «  Sardex, plus qu’une monnaie pour les PME  !", Dossier d’Alternatives Economiques. Accès au dossier
- Blanc J. (2001), Les monnaies parallèles, Editions l’Harmattan
- Blanc J. (2015), «  Les monnaies locales peuvent encourager la transition énergétique  », Terra Eco, avril. Accès à l’article
- Blanc J. et Perrissin-Fabert B. (2016) «  Financer la transition écologique des territoires par les monnaies locales  », Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Blanc J. et Fare M.(2010), Quel rôle pour les collectivités locales dans la mise en œuvre de projets de monnaies sociales  ?, Journées de l’Association d’Economie Sociale Charleroi. Accès à l’article
- Blanc J. et Fare M. (2012), Les monnaies sociales en tant que dispositifs innovants : une évaluation, Innovations, 2012/2 n°38, p. 67-84. Accès à l’article
- Fare M. (2016), Des monnaies pour les territoires, éditions Charles Léopold Mayer
- Fourel C. et Magnen J-Ph (2015), Mission d’étude sur les monnaies locales complémentaires et les systèmes d’échange locaux. Accès au rapport
- Fourel C. et Magnen J-Ph (2015), D’autres monnaies pour une nouvelle prospérité, Edition au fil de l’Eau.
- Kalinowski W. (2012), Pluralité monétaire et stabilité économique : l’expérience suisse, Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Kalinowski W. (2014), L’impact socio-économique des monnaies locales et complémentaires, Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Meyer C. (2012), Finance solidaire et monnaie locale : le cas Palmas, Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Servet J.M. (2012), Les monnaies du lien, éditions PUL
- Viveret P.(2012), Reconsidérer la richesse, éditions de l’Aube


Les monnaies locales

Cette séquence s’intéresse aux monnaies locales. L’exemple de l’Eusko nous servira pour illustrer leur fonctionnement et philosophie. L’interview de Dante Edme-Sanjurjo, Co-président de l’association Euskal Moneta, nous permet d’approfondir certains points.

- À télécharger (470 Kio)

Les monnaies locales, les monnaies temps et les monnaies environnementales

Le but d’une monnaie locale est de renforcer le tissu économique local, de relocaliser l’économie productive, et d’orienter les échanges commerciaux dans le sens que vous souhaitez donner à votre économie.

La monnaie Eusko a été mise en circulation en 2013, et elle est rapidement devenue la monnaie locale la plus utilisée en France, en termes de nombre d’adhérents et de masse monétaire en circulation. L’organisation du circuit Eusko est tout à fait représentative des monnaies locales françaises : une fois que vous avez compris comment ça marche dans ce cas précis, vous allez pouvoir comprendre comment marche n’importe quelle monnaie locale.

Le territoire de la monnaie locale

Une monnaie peut circuler à l’échelle d’une ville, d’une région, d’un bassin d’emploi ou encore d’une communauté d’agglomération. Les frontières sont dessinées par les porteurs de projet eux-mêmes, elles peuvent changer dans le temps et suivent donc rarement le découpage administratif des territoires. Dans le cas de l’Eusko, la monnaie circule au sein de la communauté d’agglomération du Pays Basque, qui regroupe 158 communes au sein du département Pyrénées Atlantiques. Cette communauté d’agglomération correspond peu ou prou au territoire historique du pays basque. Les deux cartes vous permettent de situer le territoire dont nous allons parler.

Dans le cas de l’Eusko, nous pouvons donc parler d’un ancrage culturel de la monnaie : le projet s’inscrit dans un territoire qui fait sens pour les habitants. Un tel ancrage culturel est loin d’être la règle dans tous les projets de monnaie locale, et on peut se demander dans quelle mesure cette dimension culturelle compte dans le relatif succès de ce projet. C’est une des questions que nous allons aborder dans la séquence suivante. Pour le moment, rappelons simplement que le Pays basque français, c’est environ 300 000 habitants sur un territoire qui représente environ 40% du département Pyrénées-Atlantiques.

Localisation de la Communauté d’Agglomération du Pays Basque, Source : Wikimedia Commons

L’émission de la monnaie

Voyons maintenant comment une monnaie locale entre en circulation. Le plus souvent, l’adhérent convertit d’abord des euros en monnaie locale, et peut ensuite commencer à les dépenser au sein du réseau des commerçants membres de l’association. Cette conversion peut se faire en billets physiques, mais dans le cas de l’Eusko, elle peut également prendre forme d’un virement électronique .

Dans les deux cas, c’est l’association gestionnaire qui encaisse les euros, mais elle n’a pas le droit de les dépenser. Ces euros doivent être préservés sur le compte bancaire de l’association, de sorte qu’il y ait toujours la garantie que 100% des Euskos circulent dans l’économie. De cette façon, quand un adhérent vient demander de reconvertir ses Eusko en euros, l’association dispose toujours d’une réserve suffisante pour satisfaire à la demande. C’est ce qu’on appelle une couverture à 100%.

Au cœur du circuit il y a donc une association gestionnaire et un partenaire bancaire : dans le cas de l’Eusko, il s’agit de la banque éthique «  La Nef  » et de la Caisse solidaire. La banque qui détient ce fonds de réserve peut évidemment s’en servir comme avec n’importe quel dépôt bancaire : le risque crédit est alors porté uniquement par la banque. Dans le cas de l’Eusko, les fonds de réserve sont utilisés par la Nef pour financer des projets locaux.

Quant aux Eusko convertis, ils doivent logiquement être dépensés au sein du réseau. Toute l’idée d’une monnaie locale est qu’elle reste en circulation : plus les Eusko circulent, mieux c’est pour l’économie locale. Pour y arriver, les porteurs de projet travaillent en continu pour développer le circuit, faire adhérer de nouvelles entreprises, etc. Ce travail est décisif pour la réussite du projet, et nous en reparlerons dans la séquence suivante.

Le fonctionnement d’Eusko

Eusko en chiffres clefs
- 3000 utilisateurs particuliers
- 650 entreprises et associations locales
- 600 000 Euskos en circulation
- Paiement électronique possible depuis mars 2017

Nous venons de voir le schéma abstrait d’une monnaie locale. Que représentent alors les échanges réalisés en Eusko  ? En l’état actuel cette association compte environ 3000 particuliers qui utilisent la monnaie locale de façon plus ou moins régulière. A quoi s’ajoutent quelques 650 entreprises et associations présentes sur le territoire. 3000 particuliers, c’est environ 1% de la population du territoire, le circuit reste donc pour l’instant limité. C’est également le cas de la masse monétaire qui circule sous forme d’Eusko, actuellement environ 600 000 Euskos. Depuis mars de cette année, l’Eusko circule également sous forme de paiement électronique, grâce aux comptes et à la carte de paiement mise à la disposition des particuliers et des entreprises par l’association Euskal Moneta. Pour le moment, 750 utilisateurs ont ouvert un compte et ont commencé à utiliser leur carte de paiement, et quelques 350 comptes professionnels ont été ouverts.

Les objectifs poursuivis et leur opérationnalisation

Tout projet de cette nature porte une vision de l’économie et du territoire, et l’Eusko ne fait pas exception à la règle. Cette monnaie a été lancée par des collectifs associatifs locaux, animés par les valeurs de l’économie sociale et solidaire, par des valeurs écologiques, mais aussi par un fort attachement à l’identité culturelle du territoire. Et on voit bien ces engagements dans la charte associative qui définit le projet. Par exemple, la grande distribution n’est pas admise au sein du circuit, l’Eusko devant servir à promouvoir l’agriculture locale et les circuits courts alimentaires. En effet, l’ambition n’est pas simplement de relocaliser les actes d’achat, il s’agit aussi de relocaliser la production elle-même, à commencer par la production agricole et les services.

Un autre exemple de comment les valeurs du projet se traduisent en pratique est offert par les «  défis  » lancés aux entreprises qui adhèrent au réseau. Dans le cas d’Eusko, ces défis sont de deux types :

- Un premier défi est de nature environnementale : l’entreprise qui adhère au réseau Eusko doit s’engager à élargir la gamme des produits locaux ou à trier davantage ses déchets.

- Un deuxième défi est d’ordre linguistique et culturel, et il est mise en place avec le soutien d’Euskal Moneta et de l’Office public de la langue basque. Par exemple, l’entreprise s’engage à afficher le nom des produits et services dans les deux langues, pour promouvoir la présence de la langue basque dans l’espace public.

Mais l’Eusko, c’est aussi un projet de solidarité et d’entraide, incarné par le système «  3% Association  » mis en place dès le début. Ce mécanisme offre un financement aux associations locales grâce à l’utilisation de l’Eusko. Concrètement, lorsque vous adhérez au réseau, vous choisissez une association locale que vous voulez parrainer. Ensuite, chaque fois que vous convertissez des euros en Eusko, l’association en question recevra 3% de la somme convertie. De cette façon, près de 10 mille Euskos sont versés chaque année sous forme de don aux associations locales. Ces 3% ne sont pas payés par les particuliers. Si vous échangez 100€, vous recevez 100 Eusko en retour. D’où viennent-ils alors  ? Ils sont financés par les frais de change appliqués quand la conversion se fait dans l’autre sens, de la monnaie locale vers l’euro. Contrairement aux particuliers, les entreprises ont en effet le droit de reconvertir en euro les Euskos qu’elles ont reçus en paiement. C’est indispensable puisque ces entreprises n’ont pas forcément des solutions pour réutiliser tous les Eusko qu’elles reçoivent. On leur laisse donc décider combien d’Eusko elles peuvent dépenser au sein du circuit, et combien elles doivent reconvertir en euro. Mais la reconversion est assortie d’une petite pénalité de 5%. Cette pénalité sert évidemment à inciter les entreprises à dépenser en priorité au sein du réseau. Mais elle alimente également les fonds associatifs, et permet donc à l’EUSKAL moneta de reverser les 3% à l’association que vous avez choisi de parrainer.

Les principes de base d’une monnaie locale

En résumé, les principes de base d’une monnaie locale sont les suivants :

- elle circule à l’échelle d’un territoire donné, et le périmètre varie d’un projet à l’autre  ;

- elle créé des liens entre tous les acteurs locaux : pour bien fonctionner, la monnaie locale doit circuler au sein d’un réseau d’acteurs suffisamment divers  ;

- elle reste convertible en euro, mais cette conversion est assortie de conditions. Car tout le but du jeu est qu’elle reste en circulation. Souvent, la conversion est interdite pour les particuliers et autorisée pour les entreprises, qui opèrent sur des marchés nationaux et internationaux.

Références

- Alternatives Economiques (2016), «  Réinventons la monnaie  », Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier
- Fourel C. et Magnen J-Ph (2015), Mission d’étude sur les monnaies locales complémentaires et les systèmes d’échange locaux. Accès au rapport
- Kalinowski W. (2014), «  L’impact socio-économique des monnaies locales et complémentaires  », Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Meyer C (2012), «  Finance solidaire et monnaie locale : le cas Palmas  », Note de l’Institut Veblen. Accès à la note
- Servet J.M (2012), Les monnaies du lien, éditions PUL
- Etcheleku P., «  La monnaie locale basque Eusko se dématérialise  », Les Echos.fr, 30 janvier 2017. Accès à l’article


Les banques de temps et les monnaies temps

Les banques de temps et la monnaie-temps fonctionnent sur l’échange de services entre personnes. Elles se basent sur deux idées clés : une heure de temps vaut une heure de temps, peu importe le type de service échangé, et tout le monde à quelque chose à apporter. Elles jouent un rôle important de cohésion sociale, d’insertion et d’amélioration de la qualité de vie.

- Télécharger le PDF (280 Kio)

Les banques de temps et les monnaies temps

Définition : les banques de temps

Une banque de temps est un réseau d’échange qui permet aux particuliers d’échanger entre eux des services. Le réseau opère avec une monnaie complémentaire qui permet de valoriser des échanges. La particularité par rapport à d’autres monnaies complémentaires, c’est la monnaie-temps qui mesure la valeur des services échangés. Au lieu de les valoriser par une monnaie classique comme l’euro, une banque de temps comptabilise le temps passé à fournir un service : la monnaie-temps.

Le principe de valorisation des monnaies-temps est radicalement différent par rapport aux autres types de monnaies complémentaires : on considère qu’une heure vaut une heure, quelque soit le service fourni. Pour reprendre les critères évoqués par Jérôme Blanc (voir «  Comment coexiste la pluralité des monnaies  »), il s’agit donc d’une monnaie inconvertible – le temps est uniquement convertible en temps – et qui fonctionne en circuit fermé – le temps ne peut être échangé qu’au sein de la banque de temps –.

Les origines et sa dissémination

La première monnaie-temps, la «  Timedollar  », a été créée à Miami (Floride, Etats-Unis) par Edgar Cahn, qui faisait le constat d’un délitement des liens sociaux et d’une baisse des budgets publics rendant difficile l’accès à des services pour les plus démunis. Cette idée s’est répandue à partir des années 1990 : en Italie, au Royaume Uni, au Canada, …

Les banques de temps prennent aujourd’hui différentes formes, avec des liens plus ou moins forts avec des Fondations, des collectivités locales et des services sociaux. Les Accorderies, nées au Québec, constituent aujourd’hui un des principaux réseaux de banques de temps qui ont pour objectif de lutter contre l’exclusion et la pauvreté.

Le fonctionnement

Le fonctionnement d’une banque de temps est très simple. Chaque membre possède un «  compte temps  », aujourd’hui géré principalement sur internet. Ce compte lui permet de faire des demandes de services et de répondre aux demandes des autres membres. Une fois que l’échange a lieu, le demandeur va transmettre à la banque de temps un «  chèque temps  », qui va permettre de créditer du temps sur le compte de l’offreur. Le principe est le même que pour un compte bancaire, avec un crédit et un débit. Mais la monnaie-temps n’est pas spéculative, et ne permet pas d’accumuler des richesses indéfiniment. Son seul objectif est de marquer l’échange entre des personnes.

L’offre de services est très diverse et traverse toute la vie quotidienne des personnes. Une banque de temps répond aux besoins des personnes : de l’aide pour des petits travaux (entretien, jardinage, etc.), des échanges autour du bien-être, maternité, esthétique, accompagnement (courses, promenade, lectures..), garde d’animaux, apprentissage de langues, musique, conseils en littérature, informatique, bureautique. Les domaines sont très variés et dépendent des compétences des membres de chaque banque de temps.

D’un point de vue légal, les échanges de services entre membres de la banque de temps sont légaux tant qu’ils ne sont pas liés à son activité professionnelle, qu’ils restent ponctuels et de courte durée. Le cadre légal existe en France grâce à la reconnaissance des SEL, c’est-à-dire des Systèmes d’Echange Locaux. Bien que différents, car les banques de temps n’échangent pas de biens, c’est le cadre légal des SEL qui s’applique. C’est le procès de 1998 – où trois membres du SEL Pyrénéen ont été condamnés par le tribunal de grande instance de Foix (Ariège) pour travail clandestin (Laacher, 1998  ; Sénat, 1998) – qui a amené les acteurs à clarifier la nature des échanges de services et de biens possibles au sein des SEL.

Les apports au développement local

Les apports des banques de temps au développement local concernent différentes dimensions. Gill Seyfang (2006) a proposé d’évaluer l’apport de la banque de temps britannique «  Stonehouse Time Bank  » en termes d’inclusion sociale sous trois dimensions ou «  niveaux de citoyenneté  » : économique, sociale et politique. Comme le montre l’exemple du réseau des Accorderies en France (voir la fiche de cas), les membres sont principalement des personnes qui connaissent ou ont connu une situation de précarité. D’une part, la banque de temps contribue à l’amélioration de la qualité de vie des populations, leur permettant d’avoir accès à des services qu’ils ne pourraient pas payer («  citoyenneté économique  »). Tout en jouant, d’autre part, un rôle central dans la lutte contre l’exclusion : ce sont des lieux de socialisation, de construction de la solidarité et de valorisation de chacun (place au sein de la société, apports au collectif : «  citoyenneté sociale  »). Elles contribuent également à renforcer le pouvoir d’agir des membres («  citoyenneté politique  »), en les intégrant aux processus décisionnels et gestionnaires des structures et en leur redonnant confiance en eux pour prendre en main leur destin. Elle leur permet de s’identifier comme des acteurs du changement et porteurs de valeurs partagées.

Par ailleurs, les banques de temps interrogent deux éléments fondamentaux : la valeur accordée à certaines activités et le modèle de développement local et son influence sur la capacité des acteurs locaux à satisfaire leurs besoins. En premier lieu, les banques de temps accordent une valeur à certaines activités du quotidien (tenir compagnie, faire des courses, aider aux devoirs,…) et à des compétences (écoute, empathie, …) qui sont sous évaluées par la sphère commerciale. Ce qui est particulièrement important en termes de reconnaissance du travail quotidien (domestique et communautaire) apporté par les femmes (Seyfang, 2006  ; Lenzi, 2007).

Deuxièmement, la nature des services échangés au sein des banques de temps reflètent les difficultés qu’ont certaines populations à accéder à des services d’aide à la personne, d’alphabétisation, de formation aux outils informatiques, etc. Ces échanges sont d’autant plus importants dans des contextes de crise où le chômage est particulièrement élevé. Le cas de la banque de temps d’Athènes (Grèce) est particulièrement parlant à ce sujet, puisqu’elle permet l’accès à des soins spécialisés (psychologiques, médicaux) à une population confrontée à un marché du travail très tendu (voir le court documentaire d’Arte, 2012). Les banques contribuent ainsi à combler des défaillances des services publics, du marché des services (monétarisé) et de l’emploi.

Le rôle des collectivités locales

Les banques de temps ont un fort ancrage territorial. Par leur nature, les échanges ont lieu entre habitants d’un territoire délimité : qui peut être à l’échelle d’un quartier, d’une commune ou d’un bassin de vie. Leur développement et pérennisation représente une opportunité pour les collectivités locales qui visent à diversifier les programmes de lutte contre l’exclusion et, de manière plus générale, à favoriser l’expérimentation et à élargir leur approche du développement local (renforcement du capital social et culturel). En effet, comme cela a été constaté pour les SEL en général, leur succès repose dans le portage citoyen des initiatives et la pérennisation grâce à un soutien logistique institutionnel (mise à disposition de locaux, financement de l’équipe d’animation, reconnaissance dans le cadre des politiques sociales, etc.). Le principal rôle des collectivités locales est de soutenir les initiatives citoyennes liées des banques de temps et non d’initier des banques de temps de manière descendante.

Références

- Fare Marie, 2009, «  L’Accorderie (Québec) : un dispositif de monnaie sociale singulier ?  », Économie et Solidarités, 40(1-2), 2–16. Accès à l’article
- Laacher Smaïn, 1998, «  L’État et les systèmes d’échanges locaux (SEL). Tensions et intentions à propos des notions de solidarité et d’intérêt général.  », Politix, vol. 11, n°42, Deuxième trimestre 1998. pp. 123-149. Accès à l’article
- Lenzi Catherine, 2007, «  Entre vie privée et espace public, l’échange de travail contre du travail, quelle mobilité des temps  ? Le cas des SEL français et des banques du temps italiennes.  », in Claire GAVRAY (dir.), Femmes et mobilité, Université de Liège, FERULg, Cortext, 2007. pp 181-200. Accès à l’article
- Seyfang Gill, 2006, «  Les banques de temps au Royaume Uni : construire des communautés viables  », Monetary Regionalisation conference, Septembre 2006. Accès à l’article
- Sénat, 1998, «  Statut des systèmes d’échanges locaux (SEL)  », Question écrite n° 05794 de M. Emmanuel Hamel (Rhône - RPR), JO Sénat du 29/01/1998 - page 287. Accès à la question

En savoir plus

- Roux Anne-Sophie et Dagron Tiénot, 2017, «  Time Bank : une monnaie alternative qui remplace l’argent par du temps  », We Demain.fr. Accès à l’article

- Des exemples de banques de temps :

- **Des vidéos :

  • Arte, 2012, Génération Solidarité : la Banque du Temps. Accès à la vidéo
  • La chaine youtube : Monnaies En Débat
  • Reseau Accorderie, 2011, L’Accorderie : système d’échange de services. Accès à la vidéo
  • Accorderies Quebec, 2013, «  Le temps, une richesse  ». Accès à la vidéo

Introduction aux monnaies à vocation environnementale

Cette fiche explique le problème écologique auquel les monnaies complémentaires peuvent apporter une solution. Elle permet de voir que ce problème est finalement le problème de la manière dont une société définit la richesse.

- À télécharger en PDF (250 Kio)

Introduction aux monnaies à vocation environnementale

Pourquoi une telle focalisation sur l’écologie, alors que les monnaies complémentaires poursuivent aussi des objectifs sociaux, économiques ou culturels  ? C’est vrai que les usages des monnaies complémentaires sont divers et souvent entremêlés. Mais à regarder de près les projets menés en France et ailleurs, on s’aperçoit rapidement que le souci écologique est omniprésent et pour ainsi dire transversal. Cette séquence explique le problème écologique auquel les monnaies complémentaires peuvent apporter une solution. Elle permet de voir que ce problème, c’est finalement le problème de la manière dont une société définit la richesse.

Comme cela est évoqué par Marie Fare (Panorama des monnaies complémentaires), la dernière génération des monnaies complémentaires insiste sur les objectifs écologiques plus fortement que les générations précédentes. Car la plupart des citoyens, des élus ou des entrepreneurs qui s’impliquent dans ces projets sont convaincus que le modèle économique actuel est insoutenable. Les exemples évoqués dans l’étude de l’Ademe témoignent des expérimentations en cours.

Deux économies coexistent aujourd’hui

En réalité, la transition vers un autre modèle est déjà entamée, même si le progrès est très lent. Notre modèle économique, nos modes de consommation sont en train d’évoluer. La transition énergétique progresse par exemple. De nouveaux modèles économiques proposent de nouvelles façons de produire, de réduire la consommation des matières premières et d’énergie. Quelle est la place des monnaies complémentaires dans cette transition  ? Avant d’y répondre, remarquons pour commencer que cette transition comporte souvent des tendances contradictoires. Car parallèlement à la transition énergétique et écologique, les activités polluantes continuent comme avant.

D’un côté, la «  nouvelle  » économie poursuit donc son émergence au sein de l’ancienne. Elle est alimentée par les énergies renouvelables, par les technologies vertes, les modèles économiques alternatifs et les nouveaux modes de vie. De l’autre, l’ «  ancienne  » économie n’a pas disparu : nous utilisons toujours les énergies fossiles, et nous exploitons toujours les ressources naturelles de façon insoutenable. D’avis de nombreux experts, les changements positifs sont trop lents et trop timides par rapport à l’urgence des défis du climat, des ressources. La question est donc : qu’est-ce qu’on peut faire pour accélérer la transition  ?

C’est ici que nous retrouvons la monnaie et le système monétaire. Aujourd’hui, la transition écologique est complètement reliée à l’ancienne économie polluante. Reliées par quoi  ?

Précisément par notre système monétaire et financier. Car les deux économies permettent d’investir, de créer de la valeur, de consommer, d’accumuler des richesses. Ces richesses s’agrègent dans le circuit bancaire classique, qui ne se souci pas beaucoup de la provenance de l’argent. Peu importe s’il vient des éoliennes ou du pétrole : l’argent intègre le système financier et circule à l’échelle mondiale.

En conséquence, les effets négatifs annulent bien souvent les effets positifs. Imaginez par exemple un projet d’investissement local dans les éoliennes.

Le projet marche bien, il génère des rendements qui vont se transformer en consommation ou en épargne. L’ensemble de ces flux financiers est géré par les banques. Mais si ces banques sont présentes dans les secteurs d’énergie fossiles, votre épargne peut contribuer aux émissions des gaz à effets de serre à l’autre bout de la planète.

Peut-être avez-vous trouvé une banque qui n’est pas active dans le secteur des énergies fossiles ni les secteurs le plus polluants. Ces banques sont très rares, mais disons que vous l’avez trouvée. Même ainsi, il ne faut pas oublier que toutes les banques sont reliées entre elles par le marché interbancaire et le système financier.

L’apport des monnaies complémentaires

Maintenant vous voyez le problème. Au début, votre demande semblait parfaitement raisonnable : vous ne vouliez pas que l’argent gagné dans les énergies renouvelables profite à des secteurs polluants. Il s’avère pourtant que cette demande est très difficile à satisfaire en pratique. Il est quasiment impossible de cloisonner les sphères de circulation, car tout le système bancaire repose sur la monnaie fongible.

Une monnaie fongible, c’est une monnaie à tout faire, une monnaie qu’on peut utiliser pour acheter du charbon où pour payer un service de garderie. C’est la monnaie que nous connaissons et utilisons tous les jours. Alors qu’une monnaie complémentaire n’est pas une monnaie à tout faire. Elle est destinée à certains types d’usage et pas à d’autres : production locale, production bio, etc. En limitant les usages possibles, la monnaie complémentaire dessine une sphère de consommation particulière. Les richesses doivent rester dans cette sphère. Et c’est là l’apport des monnaies complémentaires au problème écologique.

En résumé, une monnaie environnementale n’est pas un type de monnaie parmi d’autres. La fonction écologique que nous venons de voir peut s’appuyer sur des modèles différents. L’essentiel est de savoir si la sphère de circulation est délimitée, et comment. Si on veut accélérer la transition écologique, il faut la délimiter autour d’un pouvoir d’achat durable : des produits issus de l’agriculture écologique par exemple, de l’énergie renouvelable, ou encore l’accès aux transports durables. C’est ainsi que nous pouvons construire un circuit financier et monétaire complet, où les investissements dans la transition écologique alimentent la consommation au sein de la nouvelle économie.

Pour conclure cette partie, je vous offre un exemple très simple pour comprendre la logique de la monnaie écologique. Disons que vous voulez inciter les habitants de votre territoire à faire des travaux d’isolation thermique dans leurs maisons, pour réduire la consommation d’énergie. Pour cela, une partie des dépenses engagées par les particuliers sera remboursée. Ce remboursement, vous pouvez le verser en euro évidemment, mais alors le problème de la monnaie fongible se posera tout entier. La solution alternative est de rembourser les particuliers en monnaie complémentaire, qui offre accès à un pouvoir d’achat durable. Ou bien, tout simplement, vous pouvez distribuer des bons d’achat permettant aux particuliers de financer d’autres travaux d’isolation.

Références

Alternatives Economiques (2016), Réinventons la monnaie, Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier

Blanc J., 2015, «  Les monnaies locales peuvent encourager la transition énergétique  », 1er juin 2015, magazine Terra Eco. Accès à l’article

Kalinowski W., 2015, «  Ecologie, démocratie et système monétaire  », Notes & Etudes, février 2015. Accès à l’étude

Perrissin Fabert, B. et Blanc J., «  Financer la transition écologique des territoires par les monnaies locales.  », Notes & Etudes, janvier 2016. Accès à l’étude

En savoir plus

Binet T. (dir), La fabrique écologique, Les monnaies complémentaires au service de la transition écologique


Les monnaies complémentaires à vocation environnementale : le regard de l’ADEME

On entend par «  monnaies complémentaires à vocation environnementale  » les différents dispositifs qui visent à favoriser un comportement plus vertueux sur le plan environnemental ou qui visent à produire des aménités environnementales. Ces dispositifs expérimentaux ont fait l’objet d’une étude menée par l’Ademe en 2016. Il s’agit de comprendre leur fonctionnement et d’explorer leur potentiel de levier dans le cadre des politiques de développement durable.

- À télécharger en PDF (400 Kio)

Les monnaies complémentaires à vocation environnementale : le regard de l’ADEME

Le rôle de l’Ademe et son intérêt pour les monnaies complémentaires

Pour répondre à votre question, le mieux est sans doute de rappeler les missions de l’Ademe telles qu’elles sont définies dans le Code de l’Environnement : «  l’ADEME est un des opérateurs clés de l’Etat pour entraîner la société dans la transition écologique et énergétique, vers un modèle économe en ressources, plus sobre en carbone, avec un impact soutenable pour l’environnement, et moteur du développement économique et social  ».

Dans le cadre de ses missions, l’ADEME assure notamment une expertise et une fonction de conseil sur le financement de la transition écologique et énergétique (TEE). Par ailleurs, l’Agence assure une veille sur les innovations sociales et peut apporter son soutien aux innovations jugées les plus prometteuses pour accompagner le déploiement de la TEE. Le sujet des monnaies locales complémentaires est ainsi au carrefour de ces deux thématiques suivies par l’ADEME «  financement de la TEE  » et «  innovations sociales  ».

C’est dans ce cadre que nous avons lancé une étude sur les monnaies locales complémentaires environnementales (MLCE) qui a fait l’objet d’un rapport publié fin janvier 2017.

Les monnaies complémentaires «  environnementales  »

Dans notre étude, nous les avons définies comme des monnaies qui visent à favoriser un comportement plus vertueux sur le plan environnemental ou qui visent à produire des aménités environnementales. C’est donc un type d’objectif et non un type de monnaie particulier. Notre étude montre que ces objectifs sont poursuivis dans trois grandes catégories de monnaie complémentaire.

Fonctionnement des MC à vocation environnementale en fonction des 3 catégories (Ademe, 2017, p.25)

La première représente les monnaies locales «  vertes  » : elles flèchent la consommation vers les acteurs économiques plus respectueux de l’environnement. Les utilisateurs de ces monnaies sont encouragés à effectuer leurs achats au sein d’un réseau de partenaires sélectionnés pour leur engagement environnemental et leur ancrage sur le territoire de diffusion de la monnaie. Parmi les exemples en France, on peut mentionner des monnaies locales comme Sol Violette, Eusko, Héol.

La deuxième catégorie représente les monnaies «  de récompense  » : elles ont vocation à encourager les citoyens et les entreprises à adopter un comportement plus respectueux de l’environnement, via l’adoption d’éco-gestes (tri des déchets, mobilité durable, production d’énergies renouvelables, etc.). Parmi les exemples en France, on peut mentionner des monnaies comme EcoSyst’M, Solar Coin, Compte CO2.

La troisième catégorie regroupe les monnaies «  d’échanges  » : elles encouragent les échanges «  peer to peer  » pour favoriser la mutualisation des ressources, le réemploi et la seconde vie des produits ainsi que les échanges de services ou de produits plus respectueux de l’environnement. Parmi les exemples en France, on peut mentionner les systèmes d’échange locaux (les SEL) ou MyTroc.

L’impact environnemental des monnaies complémentaires

L’étude a évalué quatre monnaies locales complémentaires environnementales sur le plan environnemental et économique, 3 en France et une à l’étranger :

  • Le Sol-Violette : c’est une monnaie locale citoyenne lancée en 2011 à Toulouse. Un des objectifs de cette monnaie est de promouvoir une économie fondée sur des valeurs écologiques. Ainsi, le dossier d’agrément des prestataires comporte des critères environnementaux exigeants tels que : le choix de circuits courts, la réalisation d’économies d’énergie, l’utilisation de transports moins polluants et le tri des déchets. De plus, l’association qui gère le Sol Violette s’emploie à accompagner les prestataires dans une démarche de progrès pour améliorer leurs pratiques environnementales.
  • Le dispositif EcoSyst’M : en 2014, la rencontre entre la commune d’Ayen (en Corrèze) et la SNCF a abouti à la création du dispositif de la Fédération Ecosyst’M. Il s’agit d’un dispositif de covoiturage de proximité adossé à une monnaie locale (le Y’aca) pour les trajets de petites et moyennes distances. Comment ça marche  ? Le covoituré rétribue le covoitureur par des carnets de fichets kilométriques, sous la forme de coupons d’une valeur de 5 centimes le km. Le covoitureur peut échanger ses fichets kilométriques contre des Y’aca (1 Y’aca = 4 coupons de 5 km = 1 euro). Les Y’aca peuvent être utilisés pour effectuer des achats chez les commerces partenaires d’Ecosyst’M.
  • Le Compte CO2 : c’est une monnaie électronique créée en 2013 par une start up. Elle récompense les particuliers et entreprises qui réduisent leurs émissions de CO2. Le Compte CO2 est un compte bancaire ordinaire, ouvert exclusivement en ligne, sur lequel les mouvements ne sont pas enregistrés en euros, mais en CO2. Le Compte CO2 crédite de la quantité de CO2 économisée par un ménage ou une entreprise, sous réserve de justificatifs. Par exemple, le remplacement d’une voiture essence par un véhicule électrique évite en moyenne les émissions de 2.000 kg de CO2 dans l’atmosphère, et génère donc un crédit de 2.000 CO2 sur le Compte CO2. Et ce, chaque année sur une période de 10 ans. Le Compte CO2 est adossé à une carte de paiement qui permet de dépenser ses CO2 partout, à un taux de change autour de 50 € pour 1 000 CO2.
  • Le programme Eco-mileage : le programme a été lancé en 2009 par la ville de Séoul en Corée du Sud, sur la demande d’un groupe de citoyens souhaitant agir contre le changement climatique. Pour participer au programme, les citoyens, les entreprises et les écoles volontaires, doivent s’inscrire via un site internet ou auprès des services de la ville. Lorsque les adhérents au programme réduisent leur consommation énergétique de manière significative, ils récoltent des points. Ces points constituent une monnaie électronique utilisable sous la forme de bons d’achat à dépenser dans des commerces partenaires, en échange de produits écologiques, ou de recharges de cartes de transport en commun.

L’analyse transversale de ces quatre monnaies locales complémentaires environnementales fait ressortir un décalage fréquent entre les ambitions affichées et les résultats réels  ; cela s’explique notamment par le caractère récent des dispositifs et l’absence de méthodologie de suivi et de mesure des impacts.

On peut constater des coûts de mise en œuvre élevés pour des bénéfices économiques difficiles à capter. Les coûts importants auxquels font face les dispositifs de monnaies locales complémentaires environnementales constituent la principale cause d’arrêt des dispositifs. Le lancement de la monnaie est particulièrement coûteux et un certain temps est nécessaire pour que le nombre d’utilisateurs et de prestataires de la monnaie augmente et que de nouveaux partenaires s’associent au dispositif. Un soutien financier extérieur est donc indispensable à la monnaie, au moins dans ses premières années. De plus, les bénéfices socio-économiques liés aux monnaies locales complémentaires (augmentation du chiffre d’affaires des prestataires, augmentation du pouvoir d’achat pour les consommateurs, création d’emplois, etc.) sont difficilement quantifiables, ce qui rend peu aisé la définition d’un modèle économique.

On peut également constater que les impacts environnementaux restent difficiles à mesurer et sont à l’heure actuelle, quand il est possible de les quantifier, de faible ampleur. Les dispositifs étudiés en France demeurent des dispositifs récents et de petite taille, avec un nombre d’utilisateurs réduit et par conséquent des impacts environnementaux eux aussi assez faibles.

Le renforcement de l’impact environnemental des monnaies complémentaires

L’étude a permis de dégager des facteurs de succès pour les monnaies locales complémentaires environnementales :

  • L’existence d’une communauté et de porteurs de projet engagés  ;
  • Une stratégie de déploiement pour passer à plus grande échelle, au-delà du cercle des convaincus, en favorisant des boucles d’échanges élargies qui intègrent les fournisseurs des prestataires  ;
  • L’existence d’un modèle économique viable, à travers des partenariats publics et privés, pour éviter la dépendance à un guichet de financement unique  ;
  • La diversité des supports (physiques et numériques) de la monnaie et de ses modes d’émission et de circulation.

Si les impacts réels des monnaies complémentaires sont actuellement difficiles à mesurer sur le plan environnemental et apparaissent de faible ampleur, les MLCE constituent un outil au potentiel très intéressant pour la transition énergétique et écologique :

  • Les MLCE sont un levier pour inciter les acteurs à adopter de nouveaux comportements, en orientant leurs pratiques de consommation vers des biens et des services durables et/ou en favorisant la pratique d’éco-gestes.

_* Les MLCE sont un levier pour apporter des financements complémentaires pour des projets de transition énergétique et écologique, via le fonds de réserve associé à la monnaie.

Deux pistes d’action se dégagent pour l’ADEME, en lien avec sa mission d’accompagnement de la transition écologique et énergétique sur le territoire :

  • Premièrement, l’étude fournit à l’ADEME une liste de critères qui permet de repérer des projets de monnaies complémentaires à fort potentiel environnemental. Parmi ces critères, on peut citer : les objectifs environnementaux défendus par les porteurs de projet, la sensibilisation environnementale réalisée auprès des utilisateurs, les engagements environnementaux des prestataires, la présence d’une méthodologie de suivi et d’évaluation environnementales. Ces critères vont permettre de guider les Directions régionales de l’ADEME dans leur choix de soutenir ou non des dispositifs de monnaies locales complémentaires environnementales, au stade de l’étude de faisabilité ou dans le cadre d’un soutien au fonctionnement de la monnaie locale complémentaire environnementale.
  • Deuxièmement, l’Ademe peut apporter son expertise aux projets de MLCE afin d’en améliorer leurs bénéfices environnementaux : d’une part, en proposant des pistes sur le verdissement de la monnaie et, d’autre part, en facilitant le couplage des monnaies locales complémentaires environnementales avec d’autres dispositifs en faveur de la transition écologique et énergétique tels les territoires zéro déchets et les familles à énergie positive.

En Bretagne, la Direction régionale de l’ADEME soutient le fonctionnement d’une monnaie locale (l’Héol) en cofinançant un poste salarié qui anime et coordonne les actions de l’association créée en juin 2015. Le bilan réalisé par l’association en juin 2017 montre de réels changements de comportements induits par la monnaie locale en faveur de la TEE :

  • Du côté des consommateurs : ils augmentent leurs achats de produits alimentaires éco-labellisés dans des commerces de proximité ou des AMAP, et leurs achats de produits recyclés dans des ressourceries ou des ateliers créatifs. Des actions visent en particulier les ménages modestes, en partenariat avec un centre communal d’action sociale (CCAS) et une épicerie solidaire.
  • Du côté des commerces et des entreprises locales agréés : ils ont tous mis en place au moins un défi environnemental la première année, comme par exemple le passage à un fournisseur d’énergie renouvelable, la diminution des emballages, la récupération des eaux de toiture, etc. Les prestataires doivent viser 5 pastilles vertes au bout de 3 ans.

En Normandie, la Direction régionale de l’ADEME est actuellement associée à l’étude de faisabilité de la monnaie régionale que le Président de Région souhaite voir mise en œuvre à partir de début 2018. La prise en compte du développement durable de manière transversale (en ce qui concerne les prestataires, le fonds de réserve, le suivi et l’évaluation) fait partie des objectifs de cette première expérimentation à une échelle régionale. Cette future monnaie régionale aura un format numérique et devra notamment trouver la meilleure articulation possible avec les deux autres monnaies locales préexistantes sur le territoire (l’Agnel à Rouen et le Grain au Havre).

Références

Ademe, Vertigo Lab, 2017, Les Monnaies Locales Complémentaires Environnementales. État des lieux, impacts environnementaux et efficacité économique. 175 p. Accès au rapport

En savoir plus

- L’Agnel à Rouen et Elbeuf
- Le Grain au Havre
- L’Héol sur le Pays de Brest
- Le Sol-Violette à Toulouse
- Le programme Eco-mileage
- Le dispositif EcoSyst’M
- Le Compte CO2


Le crédit mutuel et les monnaies interentreprises

Nous nous intéressons aux monnaies complémentaires utilisées par les entreprises dans leurs échanges avec d’autres entreprises. Nous partons de trois exemples concrets pour développer le fonctionnement des crédits mutuels et les monnaies interentreprises : le WIR en Suisse, le Sardex en Sardaigne ou encore le Sonantes à Nantes et son bassin de vie.

- À télécharger en PDF (340 Kio)

Le crédit mutuel et les monnaies interentreprises

Pour désigner ces dispositifs, on parle parfois des «  plate-formes d’échanges interentreprises  ». Ce terme un peu technique exprime bien la nature du projet. Il s’agit en effet d’une plate-forme numérique où les entreprises échangent à l’aide d’une monnaie interne, propre à la plate-forme elle-même. Plus souvent, on utilise le terme anglais «  barter  », qui s’est imposé d’autant plus que ces dispositifs sont plus connus et plus utilisés dans les pays anglo-saxons.

De quoi s’agit-il exactement  ? Le principe est très simple : l’entreprise adhère à un réseau d’échange pour vendre et acheter des biens et services à d’autres entreprises. Au moment où il faut régler une transaction, l’acheteur ne débourse pas le cash : il achète plutôt à crédit, un crédit que les entreprises s’accordent entre elles. Il n’y a donc pas besoin d’engager la trésorerie pour participer aux échanges du réseau. C’est la raison pour laquelle ce modèle intéresse souvent les PME et les TPE, qui sont régulièrement confrontées aux problèmes de liquidité et à l’insuffisance des lignes de crédit bancaire. Mais ce n’est pas la seule motivation des porteurs de projet : l’idée est tout autant d’identifier de nouvelles relations commerciales, de fidéliser les clients et de renforcer le tissu économique local.

Echelles de circulation

Comme avec les monnaies locales, ces réseaux d’échange peuvent opérer à différentes échelles : le Sonantes s’adresse aux entreprises installées dans le département de Loire-Atlantique, le Sardex opère à l’échelle d’une île italienne, la Sardaigne, tandis que le WIR a commencé dans certains cantons suisses pour s’étendre progressivement sur l’ensemble du pays : c’est donc aujourd’hui une monnaie complémentaire nationale.

Localisation des dispositifs WIR toute la Suisse, Sardex en Sardaigne et Sonantes à Nantes et dans le département Loire-Atlantique. (Source : Wikimedia Commons, modifié par CITEGO)

Précisons aussi qu’il existe bien d’autres barters que ces trois exemples. Leur logique est similaire mais ils s’adressent d’emblée à l’échelle internationale, de sorte que le rapport au territoire devient flou voire inexistant. Ici, nous nous concentrerons sur des projets visant à dynamiser l’économie territoriale et réservés aux petites et moyennes entreprises.

Le principe du crédit mutuel

Contrairement aux monnaies locales, les barters proposent une véritable création monétaire : la monnaie est créée sous forme de crédit. C’est donc une monnaie de crédit comme la monnaie bancaire, mais avec une différence de taille : c’est un crédit mutuel. Qu’est-ce que ça veut dire concrètement  ? Dans le cas du crédit bancaire classique, vous empruntez d’abord à votre banque, ensuite vous utilisez cet argent pour régler vos dépenses. C’est donc la banque qui crée la monnaie au moment même où elle vous accorde le prêt. Alors que dans le cas du crédit mutuel, ces sont les membres du réseau eux-mêmes qui créent la monnaie, au moment où deux parties s’engagent dans un échange.

Le principe du crédit mutuel est très ancien : pendant des siècles, les sociétés locales formaient des tissus d’échange réciproque où chaque membre pouvait être à la fois créditeur et créancier. Aujourd’hui, le crédit est devenu l’affaire exclusive des banques. Le crédit mutuel a quasiment disparu des échanges entre particuliers, mais nous allons le retrouver plus loin au sujet des banques de temps. Et de plus en plus d’entreprises s’y intéressent, surtout depuis la crise financière de 2008.

Le principe de compensation

Maintenant, comment ça marche en pratique  ? Le cœur du barter est la chambre de compensation qui enregistre toutes les transactions, et où chaque membre possède un compte. La chambre de compensation crée la confiance entre les membres, qui savent que les produits payés seront réellement livrés et que les dettes seront remboursées.

Dans ce système, la «  compensation  » est une façon de régler la transaction. Elle vous permet de payer votre dette vis-à-vis d’un membre avec la créance que vous détenez sur d’autres membres. Schématiquement, ce qui se passe concrètement :

Lorsque A vend un produit à B pour 10€, la chambre de compensation enregistre un avoir de 10€ sur le compte de A, et une dette du même montant sur le compte de B. B s’est donc vu octroyer un crédit sans taux d’intérêt, mais c’est un crédit à court terme qu’il faudra bientôt rembourser. Il n’y a qu’une seule façon pour le rembourser : B devra à son tour vendre un produit ou un service au sein du réseau. Dans notre exemple, il vend ainsi un service à C, qui devient aussitôt débiteur vis-à-vis de la chambre de compensation. Tandis que A dépense ses 10€ en achetant un produit à C.

Ainsi, à tout moment, la somme des dettes et des créances est par définition zéro au sein du système. Et à aucun moment, ces échanges n’ont nécessité des transferts d’argent entre les parties prenantes. Tout passe par la chambre de compensation, où les dettes sont compensées par les créances.

Nous avons vu plus tôt qu’une monnaie c’est d’abord et surtout une unité de compte. Elle permet de mesurer la valeur des choses, et, par conséquent, de comparer les biens et services sur une même échelle. C’est bien cette fonction de la monnaie que nous retrouvons dans les barters : la monnaie fonctionne uniquement comme une unité de compte.

L’exemple du WIR

Prenons, pour terminer, l’exemple du WIR, qui est la plus ancienne monnaie de ce type parmi celles qui existent aujourd’hui, puisque elle a été créée au début des années 1930.

Le WIR est utilisé actuellement par quelques 50 000 PME suisses présentes dans tous les secteurs de l’économie, soit 20% de toutes les PME du pays. Le volume des transactions s’élève à quelques 2 milliards de francs suisses équivalents. L’utilité du système pour les PME se révèle à l’usage : quand le crédit bancaire devient rare et cher, les PME suisses tendent à augmenter leurs transactions en WIR  ; lorsque les conditions de crédit s’améliorent, elles reviennent au franc suisse. Autrement dit, le WIR possède un effet contra-cyclique qui permet d’adoucir les cycles économiques – contrairement au crédit bancaire qui les aggrave.

Concrètement, entre 20% et 50% du montant d’une transaction peut être payé en WIR – la part est décidée par le vendeur en fonction des montants de WIR qu’il pense pouvoir écouler à son tour au sein le réseau. Cette fraction de la transaction payée en WIR peut être comparée au crédit interentreprises traditionnel, mais avec deux différences de taille.

Premièrement, le vendeur n’est pas obligé d’attendre 30 jours, il reçoit les WIR immédiatement et peut les utiliser aussitôt pour acheter d’autres biens et services au sein du réseau.

Deuxièmement, le prêt est accordé par le cercle d’échange lui-même : entre l’acheteur et le vendeur, la chambre de compensation est un intermédiaire qui enregistre toutes les transactions, mutualise les risques de défaut et crée la confiance entre les membres.

Du point de vue d’une entreprise individuelle, ce système s’apparente donc à une ligne de crédit classique, avec des débits et des crédits et un dépassement autorisé. Au niveau du cercle dans son ensemble en revanche, la somme des crédits et des débits est toujours zéro : contrairement au crédit bancaire qui peut croître à l’infini.

En guise de conclusion

En résumé, un barter permet de poursuivre les objectifs suivants :

  • dynamiser les échanges entre les membres
  • offrir une ligne de crédit supplémentaire
  • réduire le besoin de trésorerie des entreprises
  • nouer de nouvelles relations commerciales au sein du circuit

Pour qu’un tel système fonctionne, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • tous les participants doivent être en mesure de vendre et d’acheter au sein du réseau  ;
  • un tissu d’entreprises local doit déjà exister : sur un territoire désert, un circuit monétaire local n’aidera pas  ;
  • la monnaie interne du barter ne doit pas être convertible en euro  ;
  • les prestataires doivent décident eux-mêmes quel part de paiement ils acceptent dans la monnaie interne du barter.

Références

Alternatives Economiques, 2016, Réinventons la monnaie, Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier

Amato M., 2016, «  Sardex, plus qu’une monnaie pour les PME  !  », Dossier d’Alternatives Economiques. Accès au dossier

En savoir plus

- Le site de Sardex
- Riché P., 2016, «  Sardex, une petite monnaie qui monte  », Nouvel Obs. Accès à l’article
- Le site de Sonantes
- Le site du WIR


Les monnaies hybrides

Les «  monnaies hybrides  » sont des dispositifs qui répondent à plusieurs catégories de monnaies complémentaires, comme c’est le cas de Sonantes. Nous revenons ici sur la nature de ces innovations et leurs défis en nous appuyant aussi sur le cas de Sardex.

- À télécharger en PDF (240 Kio)

Les monnaies hybrides

Nous venons de parler de la monnaie Sonantes, qui est un exemple d’une monnaie «  hybride  ». Nous avons vu que derrière ce terme, on retrouve l’idée de croiser les différents types de monnaie. Dans le cas de Sonantes, cette monnaie est à la fois une monnaie de crédit réservée aux entreprises et une monnaie locale accessible à tout le monde. Dans cette séquence, nous allons poursuivre et commenter cette question d’hybridation. C’est une question importante, car de nombreux projets cherchent aujourd’hui des voies pour innover, pour trouver des synergies, pour mieux connecter des initiatives.

Difficultés : différence entre barter et monnaie locale

Fusionner des modèles différents au sein d’un dispositif unique peut poser des problèmes techniques particuliers. Car chaque monnaie possède à la base sa logique propre. Dans l’exemple de Sonantes que nous venons de voir, quelle est la différence entre le barter et la monnaie locale  ?

La différence fondamentale est la suivante. Dans le cas du barter, le circuit monétaire commence dans la relation commerciale qui relie les entreprises entre elles. Le barter est un circuit monétaire «  B2B  », autrement dit une monnaie «  business-to-business  ». Et la monnaie interne du réseau est une monnaie de crédit : elle permet aux membres du barter de s’endetter. Mais ces dettes n’engagent que le réseau lui-même : un barter ne peut pas servir à s’endetter au sein du réseau et à utiliser cet argent à l’extérieur, dans le circuit monétaire classique. Pour que le réseau fonctionne, l’offre doit donc trouver sa demande à l’intérieur du circuit. C’est pour ça que cette monnaie n’est pas convertible en euro : si vous avez accumulé des avoirs, ces avoir doivent être dépensés au sein du réseau.

De son côté, une monnaie locale n’est pas une monnaie de crédit : nous avons vu plus haut que son émission est gagée à 100%. Pour chaque Eusko, Gonette ou Sol-Violette que vous mettez en circulation, vous avez mis de coté un euro dans un fonds de réserve. En principe, la sortie du système est parfaitement possible : vous vous présentez à la caisse d’émission avec votre monnaie locale, la caisse d’émission la récupère et vous rend vos euros en puisant dans le fonds de réserve. Nous l’avons vu dans le cas de l’Eusko : une entreprise peut récupérer les euros, même si elle a une pénalité de 5% au moment de la reconversion. Car dans le cas d’une monnaie locale, le circuit monétaire commence par les particuliers : les habitants convertissent les euros en Eusko et veulent ensuite les dépenser auprès des commerçants. Alors naturellement, la première question du commerçant sera «  mais alors, qu’est-ce que je fais avec les Eusko après  ?  ». Les promoteurs de la monnaie vont lui expliquer qu’il peut la dépenser à son tour dans le réseau de ses prestataires, mais ce réseau reste encore à construire. En plus, nous ne savons rien sur les relations commerciales du commerçant : certains s’approvisionnent localement tandis que d’autres sur les marchés externes. En règle générale, la part locale des approvisionnements est faible, tout simplement parce que notre modèle économique actuel ne valorise pas assez l’économie locale. Relocaliser la production prendra du temps, même dans les secteurs qui s’y prêtent le mieux, comme l’agriculture, les énergies renouvelables et les services.

En pratique, les promoteurs de la monnaie locale n’ont pas d’autre choix que d’autoriser la reconversion en euros. Évidemment, tout le travail de développement du réseau vise à limiter cette conversion, et maintenir la monnaie en circulation. Mais on ne peut pas le garantir, surtout au début du projet, quand le réseau des prestataires est encore fragile.

En résumé, dans un cas, les membres du réseau peuvent s’endetter mais la conversion n’est pas possible. La monnaie circule uniquement à l’intérieur du réseau, sans possibilité de sortie. Dans l’autre cas, la monnaie locale communique avec l’euro, avec des entrées et des sorties du système, mais cette communication est protégée par le fonds de réserve.

Combiner les deux peut poser des problèmes, et nous avons vu la solution dans le cas de Sonantes : supprimer en pratique le droit de sortir du réseau, y compris pour les entreprises. Ce choix est possible dans la mesure où le réseau de prestataires commerciaux est déjà étoffé.

L’exemple de Sardex

En résumé, l’hybridation n’est pas toujours facile mais elle offre de nombreux avantages. Que le circuit commence par les particuliers ou par les entreprises, finalement on peut avoir les deux dans le même réseau. Prenons l’exemple de la monnaie Sardex en Sardaigne, lancée en 2013.

Cette monnaie a démarré comme un barter classique, autrement dit une plateforme d’échange réservée aux entrepreneurs sardes. Le Sardex est vite devenu un succès auprès des entreprises locales, car il répond à un vrai besoin, le besoin de crédit à court terme. La situation est donc différente de celle de Sonantes, où la fonction barter du dispositif reste marginale par rapport à la fonction de monnaie locale.

Et pourtant, les gestionnaires de Sardex ont eux-aussi choisi d’intégrer les particuliers dans le circuit. Car les entreprises ont tout intérêt à associer les particuliers : chaque particulier qui adhère représente une demande supplémentaire qui sera réservée aux entreprises membres du barter. Dans le cas de Sardex, cette adhésion concerne uniquement les salariés des entreprises membres du barter : les salariés reçoivent des avances sur salaire qu’ils peuvent dépenser au sein du réseau.

Pour finir, remarquons qu’il n’est pas toujours nécessaire de fusionner les différentes monnaies au sein d’un dispositif unique. Il existe au moins deux autres façons pour créer des synergies : on peut combiner les échelles, mais on peut aussi regrouper les acteurs locaux au sein d’une même démarche territoriale.

Combiner les échelles

Commençons par la question des échelles. La plupart des monnaies locales restent très locales. C’est à la fois une force et une faiblesse. Une force, car c’est à l’échelle locale qu’agissent les collectifs citoyens qui sont les véritables promoteurs des circuits locaux. Une faiblesse, parce que l’envie de développer le territoire ne se résume pas aux échanges locaux. Il faudrait changer d’échelle, mais sans retomber dans les travers d’une monnaie unique comme l’euro.

Une solution peut alors consister à créer une plate-forme régionale pour relier les différentes monnaies locales entre elles De telles plate-formes n’existent pas encore mais l’idée est souvent évoquée parmi les porteurs de projet. Et une expérimentation est actuellement préparée dans le réseau des monnaies locales en Belgique.

Synergies locales

Enfin, la deuxième façon est de regrouper les initiatives locales sous le même toit, sans pour autant fusionner les dispositifs. C’est le cas de l’association «  La monnaie autrement  » à Chambéry, qui accueille une Accorderie locale, donc une banque de temps, et une monnaie locale.

Du point de vue d’un territoire, il est tout aussi important d’avoir un réseau de SEL très local, une banque de temps qui marche et une monnaie locale : ces besoins sont complémentaires. Et les entreprises locales auraient tout intérêt à participer à un barter, mais l’échelle n’est pas forcément la même que pour les autres dispositifs.

La nature de l’hybridation

En résumé, il existe au moins trois façons de créer de la synergie et de renforcer les dispositifs existants :

  • L’hybridation au sens stricte du terme, comme dans le cas de Sonantes.
  • La connexion des échelles par des plateformes régionales ou nationales.
  • Une meilleure connexion des différentes initiatives locales.

Références

Alternatives Economiques, 2016, Réinventons la monnaie, Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier

Amato M., 2016, «  Sardex, plus qu’une monnaie pour les PME  !  », Dossier d’Alternatives Economiques. Accès à l’article

En savoir plus

Le site de Sardex

Riché P., 2016, «  Sardex, une petite monnaie qui monte  », Nouvel Obs. Accès à l’article


A retenir : les monnaies complémentaires en dix points

Cette séquence conclusive propose un résumé de ce MOOC en dix points. Il s’agit des principaux éléments à retenir pour la compréhension des monnaies complémentaires.

- À télécharger en PDF (380 Kio)

A retenir : les monnaies complémentaires en dix points

1. La monnaie, c’est fondamental.

D’abord est surtout, la monnaie, c’est fondamental. Elle est fondamentale pour l’organisation de l’économie mais c’est aussi fondamental pour la société dans son ensemble (voir La monnaie dans les théories et Comment penser le rôle de la monnaie à l’échelle locale  ?). La monnaie, ce n’est pas uniquement un outil financier, c’est aussi un lien social. Ce rôle de lien social passe souvent inaperçu, mais il apparaît avec chaque crise financière et monétaire. Et il est central dans la plupart des projets de monnaies complémentaires dont nous avons parlé ici.

2. La monnaie est mal comprise par la théorie économique

Deuxièmement, la monnaie est mal comprise par les théories économiques qui dominent aujourd’hui (voir La monnaie dans les théories). Dans la théorie économique standard, la pluralité monétaire n’existe pas, ou bien elle est considérée comme une anomalie. Alors qu’à travers l’histoire, la pluralité des monnaies et de modes d’émission est plutôt la règle et non l’exception. En réalité, le système monétaire centré sur les banques tel que nous le connaissons aujourd’hui est d’origine récente. Il s’est formé au XIXe siècle. Une fois mis en place, il s’est imposé avec une telle force qu’aujourd’hui il apparaît comme le seul modèle possible. Et il semble impossible de penser autre chose. Autrement dit, ce n’est pas un hasard si les initiatives dont nous avons parlé ici restent largement ignorées des économistes universitaires.

3. La monnaie intéresse les acteurs de terrain

Troisième point de résumé, ces initiatives intéressent en revanche de nombreux acteurs de terrain, notamment ceux chargés du développement territorial : des élus, des collectifs de citoyens, des entreprises, des réseaux d’économie sociale et solidaire, etc. Les collectivités locales paraissent de plus en plus mobilisées dans ce domaine, comme en témoigne leur soutien et leur intérêt pour le fonctionnement et le développement des monnaies complémentaires.

Ici, nous avons identifié et développé 3 types de potentiel en lien avec ces défis : la territorialisation des activités, la dynamisation des échanges et la transformation des pratiques et des représentations sociales.

4. Les crises à répétition

Quatrième point, la recherche de solutions alternatives au système actuel s’intensifie après chaque grande crise monétaire ou financière (voir Les enjeux territoriaux : vers un nouveau modèle territorial  ?). C’était déjà le cas à l’époque de la Grande dépression, et c’est le cas aujourd’hui. La vague la plus récente de monnaies complémentaires a pris son essor dans les années 2010, dans le sillage de la crise financière mondiale éclatée dans les années 2008-2009.

5. Des nouveaux défis exigent de nouvelles réponses

Cinquième point, les monnaies complémentaires ne représentent pas uniquement une recherche d’alternatives face aux crises bancaires et financières. De façon plus fondamentale, elles veulent répondre aux grands défis sociaux et environnementaux de notre époque. Ces défis ne sont plus les mêmes qu’au XIXe siècle, lorsque le système bancaire et monétaire actuel se mettait en place. Résumons les principaux objectifs poursuivis par les monnaies dont nous avons parlé ici :

6. Ce sont des innovations sociales souvent fragiles

Sixième point, ces objectifs sont remplis de façon très partielle pour le moment. N’oublions pas qu’il s’agit d’innovations sociales : elles foisonnent, mais elles sont souvent fragiles. Globalement, les monnaies complémentaires sont des outils de sensibilisation citoyenne et de lien social. Le rôle proprement économique est encore secondaire, simplement parce que les projets restent de taille limitée. Les cas les plus prometteurs montrent néanmoins le potentiel de ces monnaies pour renforcer les échanges locaux et la production locale.

Face à ce constat, nous avons exploré des leviers pour changer d’échelle : par exemple donner un rôle accru aux collectivités locales au sein du réseau monétaire  ; mieux articuler les monnaies locales avec d’autres initiatives, autrement dit inscrire la monnaie dans une stratégie de développement territorial plus large, etc. N’oublions pas que ces monnaies sont des outils de transformation économique et sociale. Avant même de lancer la monnaie, il faut donc mobiliser les adhérents et les parties prenantes, pour définir collectivement les valeurs et les objectifs du projet. Ensuite, il faudra définir les modalités concrètes, le fonctionnement du circuit. Là aussi, les décisions doivent être prises de façon collective. Associer l’ensemble des acteurs du territoire est la meilleure façon de fédérer les alternatives. (Voir par exemple : Développer le projet et L’expérimentation des monnaies complémentaires : le rôle des élus locaux et des collectivités territoriales).

7. Un cadre légal trop contraignant

En France, les monnaies complémentaires possèdent déjà un cadre légal qui leur permet de se développer. Mais ce cadre reste très contraignant et mériterait d’être modifié sur plusieurs points. Il s’agit notamment de donner aux collectivités et aux régies publiques plus de possibilités de participer aux échanges. Par exemple, les impôts locaux et certains services publics pourraient être payés en monnaie locale. Aussi, la monnaie locale collectée par une collectivité pourrait être réinjectée directement dans le circuit, au lieu d’être reconvertie en euro, comme c’est le cas aujourd’hui.

8. Quatre modèles de monnaies complémentaires

Nous avons vu que les circuits monétaires complémentaires s’organisent autour de différents modèles. Nous avons parlé de quatre modèles :

  • Les monnaies locales : ces monnaies impliquent tous les acteurs du territoire et organisent une partie de la sphère marchande locale.
  • Les monnaies-temps : ces monnaies organisent des échanges de services et de savoirs en dehors de la sphère marchande.
  • Des monnaies «  hybrides  », c’est-à-dire des projets qui combinent deux modèles voire plus au sein d’un dispositif. L’hybridation des modèles fait partie de l’expérimentation actuelle.

A ces quatre modèles, on peut ajouter des monnaies à vocation environnementale. Mais nous avons vu que ce n’est pas un type de monnaie particulier : la dimension écologique peut en principe s’appuyer sur tous les modèles. Elle est très importante au sein de la récente génération des monnaies complémentaires.

9. Un fort potentiel de développement

L’état actuel des monnaies complémentaires montre un fort potentiel de développement. Mais les obstacles sont également nombreux : le cadre légal évidemment, mais aussi des freins culturels, comme la difficulté de penser d’autres formes de monnaie que la monnaie bancaire. Les expériences actuelles doivent prendre assez d’ampleur pour briser les obstacles culturels. Mais pour qu’elles puissent prendre de l’ampleur, il faudra d’abord faire évoluer le cadre légal actuel.

10. La monnaie n’est pas tout

Pour terminer, les monnaies complémentaires veulent changer notre modèle économique et social, mais elles ne pourront pas le faire toute seules. En revanche, elles peuvent venir renforcer d’autres pratiques locales et d’autres politiques publiques. Il faut donc les inscrire plus clairement dans un projet économique et social global, notamment à l’échelle des territoires.

Références

- Alternatives Economiques, 2016, Réinventons la monnaie, Dossier d’Alternatives Economiques en partenariat avec l’Institut Veblen. Accès au dossier
- Blanc, J., et Fare, M., 2010, «  Quel rôle pour les pouvoirs publics dans la mise en œuvre de projets de monnaies sociales ?  », In XXXes Journées de l’Association d’Economie Sociale. Septembre 2010. Accès à l’article
- Fare M., 2016, Repenser la monnaie, transformer les territoires, faire société. Paris : ECLM. Accès à l’ouvrage

Abonnez-vous à la Newsletter